Cadre de Liaison Inter-Organisations • Haiti
CLIO un travail collectif et la promotion du dialogue

Accueil > Commissions CLIO > Commission Agriculture Environnement :

Agroécologie : capitalisation d’expériences en Afrique de l’Ouest

mardi 26 juin 2018, par webmaster

Ce rapport présente les résultats de l’étude réalisée dans le cadre du projet Capitalisation d’expériences d’acteurs pour le développement de techniques agroécologiques résilientes en Afrique de l’Ouest (CALAO). Le projet CALAO a été coordonné par l’association Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières (AVSF) et mis en œuvre par les associations AVSF, Gret, CARI, Agrisud International, ENDA Pronat (Sénégal), ARFA (Burkina Faso), RAFIA (Togo),Inades Formation Togo, ainsi que l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD, Dakar), l’Université Nazi Boni (UNB, anciennement UPB, Bobo Dioulasso), l’Ecole Supérieure d’Agronomie du Togo (ESA-UL) et l’association Inter-réseaux Développement rural. L’étude s’est également
appuyée sur un partenariat avec l’Unité de Formation et de Recherche Agriculture comparée et Développement agricole d’AgroParisTech. Le projet a été mis en œuvre dans le cadre du PASANAO (Projet d’Appui à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l’Ouest), financé par l’AFD et dont la maitrise d’ouvrage est assurée par la CEDEAO. Le projet CALAO a été cofinancé par AVSF, le Gret, Agrisud et le Cari dans le cadre du Groupe de travail sur les transitions agroécologiques (GTAE).
A l’instar des autres régions du monde, les agricultures familiales de la région ouest-africaine sont confrontées à des défis et difficultés auxquels le modèle de la révolution verte, basé sur l’usage intensif d’intrants de synthèse (pesticides, engrais) et le recours à des variétés commerciales à haut potentiel de rendement, ne semble pas en mesure d’apporter de solutions durables et adaptées aux besoins et capacités des familles paysannes.
Dans ce contexte, la promotion et l’accompagnement de la transition agroécologique dans la sous-région vise à contribuer à surmonter les multiples difficultés rencontrées par les agricultures familiales, et notamment la crise de fertilité et la dégradation des sols, l’instabilité et le changement climatiques et la faiblesse et l’irrégularité des rendements et revenus agricoles. L’agroécologie répond d’une part au principe de pleine valorisation du potentiel des écosystèmes (captation de ressources externes abondantes, stimulation de processus et flux physiques, chimiques et biologiques internes à l’écosystème) et, d’autre part, au principe de protection et d’amélioration, voire même de restauration, des agroécosystèmes (notamment la fertilité des sols et la disponibilité en eau). Les pratiques agroécologiques visent à aboutir à des systèmes plus productifs et plus résilients, notamment pour les cultures pluviales dont les performances sont de manière croissante perturbés,notamment par le changement climatique.