Cadre de Liaison Inter-Organisations • Haiti
CLIO un travail collectif et la promotion du dialogue

Accueil > La BIC :

BIC SEPTEMBRE : « Persévérons ! »

jeudi 28 novembre 2019, par webmaster

« Persévérons ! »

Haiti vit des moments très difficiles, ces derniers temps. L’année fiscale (Octobre à Septembre) 2018-2019 a été une année d’une grande violence, une année avec des indicateurs économiques et sociaux en forte régression et où les conditions de vie de la population se sont vraiment détériorées.

Depuis 2 ans, le budget n’a pas pu être voté au parlement. Cette situation, couplée à une instabilité politique continue et constante, a porté des milliers voire des millions de personnes dans une insécurité alimentaire plus élevée que l’année précédente.
Au cours de cette année fiscale, Haiti a vécu 4 périodes de « lock down » (2 semaines en Novembre 2018, 2 semaines en Février 2019, 2 semaines en juin/juillet 2018 et deux semaines en septembre 2019), une dévaluation de la gourde de 32%, une diminution des recettes fiscales de plus de 20% (elles étaient de 36 milliards de gourdes pour l’année 2016-2017 avec une projection de 40 milliards pour 2017/2018) et une inflation d’environ 19% en glissement annuel.

Selon la dernière enquête auprès des ménages de 2012, plus de 6 millions d’Haïtiens vivent sous le seuil de pauvreté avec moins de 2,41 $ par jour, et plus de 2,5 millions sous le seuil de la pauvreté extrême (1,23 $ par jour). Avec les chiffres décrits plus haut, il faut penser que la crise actuelle a affectée plus de personnes qui vivent dans une situation vraiment difficile.

En autre, il faut mentionner des pertes de récolte des paysans que ce soit à cause du manque d’accès au marché à cause des lock down mais aussi de l’impossibilité de commercialiser des produits agricoles périssables à certains moments. Sans oublier, une diminution des jours de classe des enfants d’environ 20 jours (variable en fonction des zones géographiques) en 2018/2019.

Il est à signaler que l’aide au développement serait de l’ordre de 1 milliard de dollars mais en l’absence d’un gouvernement légitime et d’un budget voté par les deux chambres, les institutions internationales n’ont pas débloqué les fonds qui devaient être alloués. Au même moment, la BRH estime les montants des transferts d’argent de la diaspora autour de 3.4 milliards de dollars.

Avec cette crise à répétition, beaucoup d’acteurs du développement et de l’humanitaire ont quand même continué à offrir des services de base à la population, dans les hôpitaux, les écoles, le soutien à la production agricole, la construction de maisons, la formation à différents niveaux ; aussi bien en milieu urbain qu’en milieu rural, avec beaucoup de difficultés. Sur ce, nous tenons à présenter nos sympathies aux organisations qui ont été affectées par les troubles qui sévissent dans le pays. Nous tenons à remercier toutes les organisations qui ont continué à travailler dans les zones vulnérables et pauvres d’Haiti afin de venir en aide à la population.

Nos bureaux fonctionnent au ralenti ces 3 dernières semaines à cause des revendications d’une grande partie de la population qui demande de voir plus de transparence dans la gestion des fonds de l’État, une vraie volonté d’avoir un procès sur la gestion des fonds de Petro caribe, des changements structurels et économiques dans la gouvernance du pays. Des revendications justes, porteuses d’un renouveau haïtien mais malheureusement mal formulées dans des démonstrations et des saccages de biens privés qui sont regrettables et aussi des pertes en vies humaines…à éviter.

La BIC de ce mois marque le début d’une nouvelle année fiscale 2019/2020 qui a très mal commencé avec un lock qui ne dit pas son nom et des perspectives de résolution à cette crise qui tardent à venir. Chers membres, continuons d’apporter nos services aux populations les plus vulnérables et pauvres dans la mesure de nos possibilités et faisons en sorte de protéger nos collaborateurs et employés avec des décisions sages et planifiées.

Prospéry Raymond / Président du CLIO
Sources : BRH, Banque Mondiale, CNSA, CLIO