Cadre de Liaison Inter-Organisations • Haiti
CLIO un travail collectif et la promotion du dialogue

Accueil > Documentation :

Implication des exploitants dans la protection de l’environnement

mardi 22 octobre 2019, par webmaster

Impliquer directement les exploitants pour restaurer durablement l’environnement ?

1.1. Impliquer les exploitants dans la restauration environnementale Au cours des dernières années, HELVETAS Swiss Intercooperation a initié plusieurs activités de restauration environnementale en vue de protéger les ressources naturelles et de réduire l’impact des catastrophes. Le but de ces interventions est de contribuer à la mise en place de modèles fonctionnels de gestion des ressources naturelles et de cohabitation harmonieuse entre celles-ci et les populations au sein d’un même territoire. La population rurale haïtienne dépend fortement de l’exploitation des ressources naturelles puisque l’agriculture constitue l’emploi d’environ 62% des habitants (MARNDR 2014). Le manque d’opportunités économiques, la pression démographique et la faible éducation environnementale accentuent la pression sur ces ressources et conditionnent le recours aux mauvaises pratiques agricoles (MPA). Les nombreuses actions de restauration environnementale entreprises par le gouvernement et les ONG placent souvent la restauration biophysique au centre et négligent le contexte social et économique dans lequel évoluent les exploitants (Bellande 2010). Les acteurs locaux, tels que les planteurs, les notables et les autorités locales, sont rarement impliqués alors qu’ils pourraient contribuer à assurer la pérennité des actions.
Dans le but de trouver des solutions non seulement techniques mais aussi socio-économiques, HELVETAS Swiss Intercooperation s’est inspiré de l’approche paiement pour service environnemental (PSE). Cette approche consiste à contracter les exploitants pour assurer la mise en place, le suivi et l’entretien des activités d’aménagement sur leurs parcelles ainsi que le respect des bonnes pratiques agricoles (BPA). Le contrat prévoit le versement en tranches d’une compensation monétaire aux exploitants sur la base de résultats. Les résultats sont évalués au démarrage, à mi-chemin et à la fin de la période concernée. Cette approche a été implémentée dans plusieurs zones. Cependant, ce travail de capitalisation d’expériences se concentre sur les cas de Belle-Anse, de Forêt des Pins et des Verrettes.