Cadre de Liaison Inter-Organisations • Haiti
CLIO un travail collectif et la promotion du dialogue

Accueil > Documentation :

Assainissement en milieu scolaire : priorité à l’approche communautaire

jeudi 4 juillet 2019, par webmaster

Pour une politique publique de l’assainissement répondant aux besoins communautaires globaux !

La question de l’assainissement en milieu scolaire devrait être une affaire communautaire, intégrée dans une politique publique, mettant l’accent sur certains paramètres dont la participation de toute la communauté dans le développement de bons rapports entre les acteurs concernés ; une démarche qui serait également le point de départ de l’éducation relative à l’environnement (ERE).

Dans son intervention dans le cadre du Café CLIO organisé le 25 avril dernier, autour du thème, : « Éducation relative à l’environnement, focus assainissement en milieu scolaire : état des lieux et perspectives », Gaston Jean, Normalien supérieur et spécialiste en gestion de projet et en gestion de l’environnement, préconise la création « de bons rapports entre l’école, les écoliers et les enseignants ; les enseignants et les élèves, puis entre les écoles et les communautés comme le point de départ de l’éducation à l’environnement et à l’assainissement (en milieu scolaire) ».

Au lieu de se focaliser seulement sur l’école, pour la question de l’assainissement, le spécialiste propose « un changement de paradigme » car d’après lui « il faut que l’assainissement scolaire soit l’affaire de toute la communauté ». Gaston a rapporté, qu’il a constaté à plusieurs reprises des gens déféquait à l’air libre à quelques mètres d’un bloc sanitaire placé dans une école.
En guise de solution, il a souligné que ce changement de paradigme passait par une approche participative, un programme expérimenté pour s’assurer de la Maitrise de risques. Il faut faire la part entre la défécation à l’air libre et la maitrise des excréments, la réplique de l’expérience dans plusieurs communautés et des toilettes à litière biométrisé.
D’autres éléments de l’ensemble sont le suivi de la mise en place de sites de traitement (apports volontaires). En ce sens les excretas sont valorisés et sont considérés comme une ressource en hygiénisant la charge polluante ; puis, s’ensuivent des séances de sensibilisation dans les écoles pour montrer les sources d’infection pour travailler à leur blocage ; des séances qui sont reprises avec les familles qui sont formées à la duplication des toilettes à litière.
Même si ce n’est pas encore totalement le cas, la fondation Panaméricaine de développement (PADF) a déjà ouvert à la participation communautaire.
« Une méthodologie participative est instaurée dans les différentes activités qu’entreprennent la PADF », a expliqué la directrice de projet, Kerline Pierre Rock. Elle a précisé que cette dimension de la participation communautaire dans la réalisation des projets d’assainissement se fait dans les 4 projets en cours dans les départements de l’Ouest, du Sud (la zone côtière), et dans le Nord-est à Ouanaminthe.
Aux autres préconisations, ils ajoutent la vulgarisation des lois qui existent et la création des clubs d’hygiène dans les écoles.

Dans ces zones d’intervention, notamment dans le Plateau Central, dans la chaine des Matheux, et à Grand Goâve, entreprend presque la même démarche, tout en enseignant l’hygiène, l’organisation propose aux sensibilisés, la construction d’une latrine, après leurs premiers gestes d’hygiène. Toutefois, ce sont les parents d’élevés, les comités de professeurs, qui s’investissent dans la construction de ces latrines. D’ailleurs, les parents contribuent à hauteur de 150 gourdes pour la construction de la Latrine.

Le Café CLIO a été réalisé dans une collaboration entre le CLIO à travers les Commission Éducation ; Eau Potable et Assainissement et la Direction d’Appui à l’Enseignement et au Partenariat Privé (DAEPP).

SRH